Yes speack Français

Ahah les maladresses de la langue anglaise, et aussi les coutumes bien différentes de nos habitudes françaises.

Les faux amis ont été le premier problème, tu te lance dans une conversation qui en fin de compte n’a aucun sens.

Et l’américain est patient, crois-moi ! il m’en a fallu du temps pour dompter cette langue, voila deux ans que nous sommes installés (oui deux ans, mais j’y reviendrais t’inquiète pas), et je la dompte encore !

Il faut s’avoir aussi que la plupart des français sont directs, j’en fais partie, je déteste perdre du temps à tergiverser, je préfère une réponse claire, oui ou non, je ne vexerai pas si c’est non, et si c’est oui super !

Tout tout tout l’inverse des américains, qui font de la politesse un sport national. En soit, un peu de politesse n’est pas plus mal, ça arrondis les angles, mais ohlalala que ce fut dure !

Petite exemple vous allez vite comprendre.

Ma 1ere propriétaire, Barbara, qui était soit-disant la reine du ménage, a fait la découverte de mon franc parler.

Un jour, je retrouve une souris dans la maison. Je la chasse, et fais le ménage, pas a fond le ménage juste aspirateur lavette derrière les canapes.

Et le drame, deux autres souris, morte depuis un siècle ! Perso je ne suis pas reine du ménage mais je pousse lecanape.

Je fais un texto à Barbara et lui dis :

« Bonjour Barbara, j’ai retrouve 3 souris dans la maison, mortes, pouvez vous appeler quelqu’un pour éviter d’en avoir d’autre, merci. »

Pour moi, factuel, polis (j’ai dit bonjour et merci) voilà, pas de jugement, c’est New-York, souris, rat et cafard sont des choses communes, oui c’est deguelasse !

Et là, je recois :

« Je n’aime pas le ton que tu emploi »

Gloup’s, quel ton, il n’y a pas de ton dans ce message, juste une information factuelle de la réalité, il y a 3 souris, point barre.

J’en parle aux collègues, ne voulant pas froisser ma propriétaires (surtout avec un bail de 6 mois on sert les fesses), et il m’explique effectivement ici, il faut faire des courbettes. Donc mon message américanisé serait :

« Bonjour Barbara, comment ça va ? J’espère bien, désolé de te déranger, mais j’ai retrouve 3 souris dans la maison. Serait-il possible de faire intervenir quelqu’un, je suis tout à fait dispo, un grand merci »

Donc autant vous dire que j’en étais loin, loin, loin ! Mais j’en suis ressorti avec une nouvelle habitude, cette petite phrase de politesse, qui en soit tout le monde s’en fou : Comment ça va ?

Je le mets maintenant tout le temps, et du coup c’est moins direct.

Mais vous verrez plus tard que le fait d’avoir cette réputation d’être direct, et ça va on est français oh, va bien nous servir.

Aparté : Le ménage de Barbara, nous rendons cet appartement après les 6 mois, car il s’avérait que Barbara ne respect pas trop les locataires, et va et vient quand ça lui chante pour vérifier MON ménage.

Lol, grand ménage de départ, nous retrouvons entre les coussins du canape :

  1. Un canif

  2. Une pièce d’identité française, nous avons retrouve la propriétaire qui était passe par là il y a 5 ans !!!!!!

  3. Un IPod

  4. Pieces en tout genre, bizarrement par de billet

  5. Différents papiers, pub

Donc uhm uhm Mme Barbara la maniaque !

Ahah the awkwardness of the English language, and also the very different customs from our French habits. False friends were the first problem, you get into a conversation that in the end makes no sense. And the American is patient, believe me! It took me a long time to master this language, it’s been two years since we settled down (yes two years, but I’ll come back to that, don’t worry), and I’m still taming it! It should also be noted that most French people are direct, I’m one of them, I hate wasting time procrastinating, I prefer a clear answer, yes or no, I won’t be offended if it’s no, and if it’s yes, great!

Quite the opposite of the Americans, who make politeness a national sport. In itself, a little politeness is not worse, it rounds off the angles, but ohlalala that it was hard! Small example you will quickly understand. My first owner, Barbaric, who was supposedly the queen of the household, discovered my frankness. One day, I found a mouse in the house. I chase it away, and do the housework, not the cleaning, just vacuum cleaning behind the canapes. And the drama, two other mice, dead for the century! Personally I am not queen of the household but I push the scoundrels. I make a text message to Barbara and tell her: “Hello Barbara, I found 3 mice in the house, dead, can you call someone to avoid having more, thank you. » For me, factual, polite (I said hello and thank you) here it is, no judgment, it’s New-York, mouse, rat and cockroach are common things, yes it’s disgusting! And here I get :

“I don’t like the tone you’re using.